Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Youtube
Acteurs cultes d'un film culte...

Acteurs cultes d’un film culte…

“Choisir la vie, choisir un boulot, choisir une carrière, choisir une famille, choisir une putain de télé à la con, choisir des machines à laver, des bagnoles, des platines laser, des ouvre-boites électroniques.
Choisir la santé, un faible taux de cholestérol et une bonne mutuelle, choisir les prêts à taux fixe, choisir son petit pavillon, choisir ses amis.
Choisir son survet’ et le sac qui va avec, choisir son canapé avec les deux fauteuils, le tout à crédit avec un choix de tissu de merde, choisir de bricoler le dimanche matin en s’interrogeant sur le sens de sa vie, choisir de s’affaler sur ce putain de canapé et se lobotomiser au jeux télé en se bourrant de McDo.
Choisir de pourrir à l’hospice et de finir en se pissant dessus dans la misère en réalisant qu’on fait honte aux enfants niqués de la tête qu’on a pondu pour qu’ils prennent le relais.
Choisir son avenir, choisir la vie.
Pourquoi je ferais une chose pareille ? J’ai choisi de ne pas choisir la vie, j’ai choisi autre chose. Les raisons ?
Y’a pas de raison. On n’a pas besoin de raison quand on a l’héroïne.”

Citation culte de Trainspotting, ce film mythique, prônant la Fast Life. Ou plutôt la No Life. Oui, car il faut le dire à tous les adeptes de la Fast Life, qu’elle est l’équivalent d’une vie vide de sens, courte ou faussement intense.

L’année 2015 a été une année Fast, pas Faste. Tel un film ou encore un livre, cette année a comporté son lot de bonnes et mauvaises surprises, de bonnes et mauvaises parties, de bons et mauvais chapitres. Tout dépend pour qui, me direz vous. Tout à fait d’accord, vous répondrai-je.

D’un point de vue “actualité”, cette année aura été catastrophique : crises migratoires, conflits économiques et sociales, guerres, DAESH, crashs d’avion, attentats de Paris (2 fois, rien que ça), attentats tout courts (Afrique, Asie, Europe, Thalys), Ebola…

thumb_DSC02692_1024

La devise de la ville de Paris qui n’aura jamais été aussi vraie qu’après les attentats…

Mais elle aura aussi permis à trois artistes Hip Hop de sortir du lot, de s’ériger en figure de proue et véritable ponte du Game mainstream. Nous parlons bien de Drake, Kendrick Lamar, J. Cole. Ces trois artistes ont éliminé la concurrence et élevé le Rap Game à un nouveau level musical (et surtout marketing) pour les années à venir, grâce à leurs différentes réalisations audio et/ou visuelles (Alright de Kendrick; Energy ou Hotline Bling de Drake, Forrest Hills de J. Cole).

Hip Hop New Kings...

Hip Hop New Kings…

Certains de leurs titres sont viscéraux et un parfait écho à la situation sociale des Etats-Unis, où la Police aura commis un nombre incalculable de bavures mortelles envers des membres de la communauté noire. À croire que l’année 1992 et ses émeutes n’ont pas existé pour ce pays…

Le milieu musical aura été également marqué par l’échec de Jay Z (une fois n’est pas coutume) et de sa plateforme de streaming musical TIDAL, qui n’aura pas réussi à bouleverser la hiérarchie existant déjà dans cette industrie, où règne sans partage, Spotify, Deezer et Apple Music. On parie que le roi de Brooklyn ne restera pas sur cet échec et saura rebondir dans les mois à venir.

Niveau culture, ceux qui étaient autrefois appelés “vandales” et qui sont aujourd’hui communément appelés “street-artistes”, n’ont jamais été aussi plébiscités par le monde vantard de l’art.

À l’instar de Timbuktu ou encore Birdman, de nombreux films porteurs de sens et de messages se sont vus récompenser de nombreux prix, et ont trusté le box-office au détriment de certains blockbusters au succès plus ou moins relatif ( Les 4 Fantastiques, Mad Max, Jurassic World).

2015 aura aussi montré un vrai côté obscur niveau série tv, en portant au nue des séries comme Power, ou Empire, soit des séries clichés stigmatisant la communauté noire américaine, considérée à travers les épisodes comme tout juste bonne à vendre de la drogue, faire de la musique, et forniquer à tout va…

Mais pourquoi relater ce qui s’est passé en 2015 ? Tout simplement parce que cette année nous aura donné une leçon : celle que nous ne maîtrisons rien, que tout peut arriver, et que l’avenir n’est pas sûr, mais incertain.

Pour 2016, pourquoi ne pas mettre de côté ce que notre société a voulu nous imposer comme valeur à poursuivre, à savoir la Fast Life, cette vie vécue par un grand nombre d’artistes ou de personnages publiques trop tôt disparus (Jimi Hendrix, Janis Joplin, Bob Marley, Michael Jackson, Jim Morrison, Martin Luther King, Malcom X, etc…), qui est pourtant fantasmée par le plus grand nombre d’entre nous…?

Pourquoi ne pas essayer la Slow Life, ce mode de vie mis en avant par Oxmo Puccino dans son délicieux Opus, La Voie Lactée. Comme il le dit, “Depuis que la mort tue faut y aller mollo”…

Essayons donc de reprendre possession de notre temps, de notre vie, laissons nos portables, cessons d’être hyper connectés car hyper seuls, accordons plus de temps aux gens qui nous sont chers, faisons plus d’activités qui nous importent vraiment, mettons fin aux émissions de télé-réalité…

Un maître zen, du type Yoda a écrit un jour : La lenteur véhicule tout sauf la paresse. C’est, en réalité, un mouvement hypertonique qui implique un choix de vie (re)cadré. Concrètement, on gagne en productivité et surtout en bien-être en s’accordant des espaces de création et de réflexion.

Take it Slow...

Take it Slow…

Rester accroché à son portable va devenir ringard. On vous aura prévenu…Lâchons nos ordis, Mac, et smartphones et retournons à nos Sony T28S. Le jeu du serpent était amplement suffisant, jusqu’à ce que Steve Jobs en décide autrement. Trainspotting est un film. Arrêtons d’être des junkies, courant après le temps, comme après des doses d’héroïne. Nous en avons suffisamment. Il nous suffit de nous en rendre compte.

Eteignons nos ordinateurs

Eteignons nos ordinateurs

Demain est la première page blanche d’un livre qui comptera 365 pages. Faisons en sorte que 2016 soit un bon livre…

Bonne année 2016 à toutes et à tous… Qu’elle soit Nice et Slow…

Anji Maejor.

Share →

Commentaires

  1. […] était sensée être l’année de la SLOW LIFE, souhaitons que 2017 soit une année +++ pour tout le monde. Une vraie année XXL : MORE LIFE, MORE […]

Show Buttons
Hide Buttons