Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Youtube

L’Afrique is the New Black

Trop longtemps confinée à un rôle d’observateur de l’Histoire mondiale (économique ou politique), l’Afrique semble à nouveau compter parmi les grandes puissances. La Force semble renaître en elle, comme elle le fait dans le dernier épisode de la Saga Star Wars. Surtout au niveau culturel, où comme Kunta Kinté, elle est parvenue à briser les chaînes qui l’empêchaient d’être reconnue à sa juste valeur. “Free at least” (Enfin Libre!), comme le martelait Martin Luther King dans son plus célèbre discours, I Have A Dream.

Africa is the future_2

L’establishment occidental a longtemps refusé de reconnaître l’influence de la culture africaine dans le processus créatif de ses plus grands génies. De ce fait, rappelons que la plupart des oeuvres (cubiques et autres) si appréciées et concourant à la Picasso Mania actuelle, tire leur essence des oeuvres africaines.

Tiens donc, un autoportrait quasi identique à un masque africain...

Tiens donc, un autoportrait de Picasso quasi identique à un masque africain…

Picasso lui-même ne s’en est jamais caché et l’a toujours dis comme l’atteste la citation suivante : « […] ces masques, tous ces objets que des hommes avaient exécutés dans un dessein sacré, magique, pour qu’ils servent d’intermédiaire entre eux et les forces inconnues, hostiles, qui les entouraient , tâchant ainsi de surmonter leur frayeur en leur donnant couleur et forme. Et alors j’ai compris que c’était le sens même de la peinture. Ce n’est pas un processus esthétique ; c’est une forme de magie qui s’interpose entre l’univers et nous ; une façon de saisir le pouvoir, en imposant une forme à nos terreurs comme à nos désirs. Le jour où j’ai compris cela, j’ai su que j’avais trouvé mon chemin » (Pablo Picasso cité dans Rolin 1997, 117).

Si Picasso s’est servi de moyens et d’un vocabulaire empruntés à l’art d’Afrique noire, c’est parce qu’il reconnaissait leur pouvoir expressif et leur transcendance. Un peu comme SNOOP DOGG et Wiz Khalifa avec la Weed. Picasso n’a cessé d’affirmer qu’à ses yeux, cet art était un art savant et pas un art primitif, comme les colons ont tenté de le faire croire à travers les siècles.
D’autres artistes européens se sont intéressés également aux arts africains et y ont trouvé l’inspiration dans leurs recherches esthétiques : Hanna Höch, Man Ray , Arman ou Orlan.

Il serait vraiment aisé de faire la genèse de toutes les disciplines artistiques, et de relever une influence africaine dans leur développement, mais penchons nous plutôt sur ce que l’Afrique est en mesure d’offrir aujourd’hui.

l'Homme Africain est maintenant mis à l'honneur, que ce soit dans la mode, la musique, ou autre...

l’Homme Africain est maintenant mis à l’honneur, que ce soit dans la mode, la musique, ou autre…

Enfin libéré de la volonté de plaire aux maîtres, en ne proposant que des oeuvres lui ressemblant ou concourant à la gloire de ce dernier, les artistes africains d’aujourd’hui s’affranchissent des limites esthétiques, pour proposer des concepts forts, dérangeant et provocateurs, à l’instar de sa jeune population, désireuse de se faire une place sur l’échiquier mondial. Contrairement aux autres jeunes, les jeunes de ce continent, bien qu’archi-connectés, ont compris que la culture est ce qu’il reste quand on a tout téléchargé. Pour eux, s’exprimer est aussi vital que respirer, d’où cette puissance créatrice alimentant le continent et inspirant les artistes de tout horizon (rappelez vous la reprise de Drake, du titre de WizKid, Ojuelegba…)

Connaissez vous les oeuvres d’Abdoulaye Konaté (artiste malien), qui utilise le textile comme support d’expression pour dénoncer les situation sociales et politiques explosive régnant dans le Sahel depuis le début du millénaire ?

oeuvre majeure de Abdoulaye Konaté...Pouvoir et Religion (Power and Religion), Iniva (Institute of International Visual Arts) Window commission, 2011, Textile | Courtesy Kate Elliott

Pouvoir et Religion (Power and Religion), Iniva (Institute of International Visual Arts) Window commission, 2011, Textile | Courtesy Kate Elliott

Ou l’oeuvre de Julie Mehretu (artiste ethiopienne), dont les oeuvres dénoncent l’urbanisation croissante tout en faisant référence au networking et à l’interdépendance sociale dans laquelle nous vivons sans forcément le savoir ?

Une ressemblance avec Jackson Pollock...Ou avec le tableau réalisée par Omar Sy dans Intouchable ?

Julie Mehretu, Stadia Series | © Allie Caulfield/Flickr

Bien d’autres artistes sont à découvrir (chanteur, peintre, sculpteur, etc… Même le ferrailleur du coin de rue en est un, si vous vous penchez bien sur son travail), pour peu qu’il leur soit donné l’opportunité d’être exposés.

L’Afrique a donc fini de jouer les Snowball (ce personnage mythique de Django, prêt à martyriser ses frères de couleurs partageant sa condition d’esclave, car entièrement dévoué à son maître Di Caprio) et s’élève au niveau des autres cultures acceptées en Occident et de par le monde.

Le tristement célèbre Snowball...

Le tristement célèbre Snowball…

L’Art Africain s’expose. Tant et si bien qu’il  semble être devenu la prochaine étape naturelle de l’évolution de l’Art contemporain. Rien que ça. Et toutes les expos lui étant consacrées abondent en ce sens, que ce soit en Espagne, en Italie, en France, ou en Allemagne comme vous le pourrez le voir ci-dessous :

Museum Africain

Making Africa – Ausstellungsansicht Raum 2, I and We/ View of the exhibition, room 2, I and We Foto / photo: © Vitra Design Museum, Mark Niedermann – design-museum.de

 

Making Africa – Omar Victor Diop, »Mame«, Fotografie aus der Serie/ photograph from the series »The Studio of Vanities«, 2013 © Victor Omar Diop, 2014, Courtesy Magnin-A Gallery, Paris – design-museum.de

Making Africa – Omar Victor Diop, »Mame«, Fotografie aus der Serie/ photograph from the series »The Studio of Vanities«, 2013 © Victor Omar Diop, 2014, Courtesy Magnin-A Gallery, Paris – design-museum.de

Africa is the future proclamait voilà dix ans un collectif d’artistes sur Paris.

africa-is-the-future-2

Aujourd’hui, nous nous permettons de revoir ce slogan pour le mettre au goût du jour : l’Afrique is the New Black. Et tout porte à croire, au vu du vivier de talents que possède l’Afrique, que cette tendance est partie pour durer…

Tagged with →  
Share →
Show Buttons
Hide Buttons