Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Youtube

Le foot : Sport du Peuple ou des People?

Si on s’en réfère aux dernières semaines, tout nous pousse à dire que regarder un match de foot est tout ce qu’il y a de plus trendy : Euro 2016 en France, Polemiques Benzema/Valbuena, Non Selection De Ben Arfa, ultra domination nationale du PSG et de Zlatan, etc…

Mais est-ce que le foot (football pour les puristes), est en train de perdre son identité populaire, pour se “boboïser” et devenir une activité trendy comme le running..? Le foot est-il toujours le sport du peuple, ou s’est-il “Peopolisé”, en raison d’enjeux marketing bien trop important ? Voyons voir…

Longtemps réservé aux classes populaires, le football, cet opéra du pauvre, se jouant en plusieurs actes, et ayant sa propre mythologie avec des héros trouvant leurs origines dans les bas fonds de pays aussi pauvres que démunis, tend aujourd’hui à toucher les classes les plus aisées, grâce à son aspérité de plus en plus lisse, façon pneu de Twingo 1.

Favela, foot opéra

Le foot, ou l’opéra du pauvre

Ce qui nous donne des joueurs que l’on ne peut critiquer, à l’instar d’un Riky Kaká,  jeune homme bien sous tous les angles et fervent croyant issu d’une bonne famille San Pauliste, qui dénote dans ce paysage footballistique, plus habitués aux frasques d’un enfant gâté comme Balotelli, et aux scandales en tout genre (Zahia, Sextapes, dopage, etc…).
Fini les demi-dieux originaires des favelas sud américains (Pelé, Garrincha, Maradona, Ronaldinho, Chillavert), ou des bidonvilles africains (Weah, Milla, Okocha), ou des ghettos
européens (Platini, Eusebio, Gullit, Zidane).

brésil 70 foot

les demi dieux du foot, l’équipe du Brésil 70

Les acteurs actuels ont autant perdu leur identité que leurs dribbles, passes et feintes, pour se conformer à un jeu et à des gestes standardisés, comme on en retrouve dans les gestes et usines de production de pates. Pour preuve, nous en voulons les matchs de ces dernières années. Quel match est vraiment resté dans les mémoires, pour un geste, un but, ou un fait de jeu dont on reparlera dans 10 ans? Aucun si ce n’est très peu. On parlera uniquement du Tiki Taka espagnol et de la domination continentale ibérique, assurée par deux clubs ayant chacun en son sein, les deux meilleurs joueurs actuels, Messi et Cristiano Ronaldo. Ces deux joueurs ont intégré le monde professionnel à une époque, où chaque grand club et grande nation avait au moins 3-4 joueurs de classe mondiale, ou franchise players si nous osons la comparaison avec le Basketball US.
Fini donc les matchs à haute tension, où chaque joueur était prêt à laisser sa vie sur le terrain (paix à tous les joueurs qui en sont vraiment morts), et avait plus de style dans la gestuelle qu’un mannequin lors d’un défilé Alexander Wang. Fini les Cantona ou les Beckham, au toucher de balle si romantique, plus de Rivaldo ou de Redondo à la technique aussi pur qu’un rail de coke de Colombie, plus rien, le néant… Le dernier Mohican est Zlatan : forte gueule, grande technique. Un Végéta en puissance. On ne peut s’empêcher de le détester et de l’aimer à la fois. Le fait d’avoir joué pour l’un des clubs les plus riches du monde, voulant rapidement se faire une place à coups de petrodollars parmi les clubs ayant une histoire et un palmarès construit au fil du temps, n’a pas aidé à asseoir une popularité largement méritée. Gageons que son départ à Manchester United avec un autre mal aimé du foot, mais ô combien talentueux, du nom de José Mourinho, lui permettra de définitivement devenir la légende qu’il prétend être.

L’opéra football a laissé place au cinéma, de pauvres comme toujours : scénario léger, scènes prévisibles, acteurs de seconde classe, effets spéciaux Bollywood.. Certains matchs devraient avoir le même sort que celui réservé à certains films : Interdits en salle et même pas projetés, faute de distributeurs intéressés… Tout comme le dernier Euro, qui aura vu un gagnant peu flamboyant mais très solide, le Portugal.

Nous avons dressé le portrait des joueurs d’aujourd’hui, mais qu’en est-il de celui de ceux devant qui ces mêmes joueurs performent chaque weekend? Qui sont les spectateurs, et les amateurs de foot de nos jours?

Grâce aux budgets indécents que génère le sport le plus populaire de la planète, le foot est parvenu à attirer de plus en plus de personnes issues des milieux bourgeois et aisés, qui auparavant n’avaient que peu de considérations pour un sport, qui promettait une rapide ascension sociale aux meilleurs pratiquants issus des classes les plus défavorisées, et qui était surtout soutenu/supporté par des hooligans, ou des alcooliques refoulés.

Partout se développent des ligues (Le Ballon Football Ligue ou Underground Football), dans lesquelles jouent des influenceurs et des personnes bien placées professionnellement. Dire qu’on est allé au stade ou dans un bar voir un match de foot, n’est plus une activité de “beauf”, c’est un peu comme faire du Yoga ou des Pilates, c’est dans l’air du temps. Il se peut que l’on aperçoive les stars les plus médiatiques du monde dans les tribunes (présidentielles, of course).

people foot

le foot attire les plus grandes stars aujourd’hui. Même Jay Z et Beyoncé ont succombé à sa Hype…

Les marques les plus connues ont également contribué à démocratiser ce sport, et à lui donner une image plus propre, et très ancrée dans la hype, à l’instar de NIKE, qui s’est emparé du palais de Tokyo, en organisant un tournoi de street soccer, durant tout l’Euro 2016.

Nike Foot

Nike a organisé un tournoi de street foot au palais de Tokyo, durant tout l’été… Un succès sur toute la ligne !!

Le foot semble plus accessible que jamais, et touche toutes les couches de la société. Il semble être réellement devenu le don que Dieu a fait à l’humanité (Cruyff). Son caractère sulfureux, son imbrication ultra prononcée avec les milieux d’affaires en tout genre (mafieux, quataris), ses enjeux marketing, n’ont pas altéré l’engouement naturel et le magnétisme que ce sport à toujours généré… De sport du peuple, il est devenu sport du People, et s’est assuré une place éternelle au firmament de tous les sports. Un peu comme un passement de Jambes de Fenomeno ou une pub Joga Bonito de Nike…

-Å-

Tagged with →  
Share →
Show Buttons
Hide Buttons