Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Youtube

New York City est une ville difficile où habitants et touristes sont perpétuellement victimes de micro (ou réelles) aggressions. Il n’est donc pas surprenant de constater que des artistes tels que la rappeuse féminister Destiny Frasqueri (que l’on connaît mieux sous le nom de Princess Nokia) s’inspire de ce climat sous tension dans leurs créations. La jeune artiste Afro-rican (qui a sorti récemment une autre vidéo pour le single intitulé “Brujas”) en est l’exemple parfait, illustrant ce lifestyle dans le clip de “KITANA”.

“I step in this bitch, and I do what I want. I don’t give a damn, and I don’t give a fuck.”

Le morceau lui-même est une ode au sentiment de pouvoir et d”invincibilité que ressent Princess Nokia dans les premières heures de sa carrière, comme l’illustre ces paroles : “I step in this bitch, and I do what I want. I don’t give a damn, and I don’t give a fuck” (“Je rentre dans ce jeu et je fais ce que je veux. J’en ai rien à foutre et surtout rien à battre”). La production irréprochable est bien entendu le travail de DJ A-Trak, associé au producteur Lex Luger, designant un beat taillé à la mesure de la fougue du flow de Princesse Nokia.

princess-nokia-kitana-2

Pour un morceau si fort, il fallait évidemment des visuels à la hauteur. Princess Nokia nous emmènent donc dans une cours d’école américaine sous la houlette d’un gang féminin, qui n’hésitent pas à jouer des poings pour faire respecter leur loi. Les hommages visuels à l’esthétique Mortal Kombat sont nombreux et évidents, reflétant cette colère jeune et la révolution féministe, spécialement lorsque l’on apprends que Princess Nokia est la réalisatrice de cette vidéo qui sent le souffre.

Powered by WPeMatico

Share →
Show Buttons
Hide Buttons