Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Youtube

Il est simple d’affirmer, et sans le moindre doute, que le climat actuel dans le hip hop et le rap fluctue avec les personnalités de cette scène, qui en font la pluie et le beau temps. Chacun semble avoir des règles différentes à ce “game”. Du plus extravagant au plus discret des players ; de ceux qui sont là pour la fortune et la célébrité à ceux qui sont là pour tenter de changer l’ordre des choses et faire passer des messages. L’industrie hip hop est l’une des plus diversifiées, et c’est le moins qu’on en puisse dire. S’il n’y a ni bonne ou mauvaise manière de voir et d’approcher le rap game, il est pourtant, à l’heure actuelle, assez lassant de voir tous les rappeurs se rallier à un camp ou à l’autre. Et puis quelqu’un arrive, sans bullshit ni ego surdimensionné. Rafraîchissant comme des bulles de San Pellegrino un soir d’été. Cette personne, c’est Jazz Cartier.

listen-up-jazz-cartier-4

Né et élevé de cette ruche bourgeonnante d’artistes qu’est la ville de Toronto au Canada, Cartier (dont le vrai nom est Jaye Adams) a fait ses gammes dans l’univers du rap depuis bien plus longtemps que ce que vous pourriez imaginer. N’étant pas étranger au monde du hip hop grâce à son statut de bébé célébrité local lorsqu’il était adolescent (ce qui l’a probablement aidé à garder la tête froide et à prendre les bonnes décisions dans sa carrière d’adulte), Cartier a travaillé dur pour en arriver au point où il se trouve aujourd’hui. Ce qu’il ne cesse de faire à l’heure actuelle, puisqu’il considère ne pas en être arrivé encore au point où il rêve sa carrière. “Il y a un moment M où tu sais au plus profond de toi qu’il ne s’agit plus d’un hobby, que le rap devient tout simplement de ta vie” confie-t-il au site the star dans une interview sorti un peu plus tôt cette année.

“Il y a un moment M où tu sais au plus profond de toi qu’il ne s’agit plus d’un hobby, que le rap devient tout simplement de ta vie”

Pour Cartier, il ne s’agit pas de s’épuiser à sortir des singles tous les quatre matins pour satisfaire les besoins de quelqu’un d’autre. “Ce que nous faisons ce sont des disques qui, si l’on ne travaille pas dessus pendant six mois, et que l’on joue six mois après sans les retoucher, sonnent toujours aussi bien.” Le rappeur se pose en tant qu’artisan du rap, émanant un vrai amour du son et de la production, ains que la passion des lyrics, cherchant à marquer sa génération par un vrai son distinctif qui portera son empreinte. Comme à l’époque où l’on pouvait réfléchir à la musique que l’on allait sortir, sans perdre la fraîcheur de l’enthousiasme de la création. Une approche pure qui fait se bondir de joie l’amoureux de hiphop.

Et puis l’on réalise qu’à l’heure actuelle, les noms se font et se défont en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Internet et les réseaux sociaux ont monté de toutes pièces des carrières sur les chapeaux de roue pour enfin abandonner les artistes hier adulés sur le bord de l’autoroute de la communication. Pour quelqu’un comme Jaye Adams, pour qui il serait d’une simplicité enfantine d’être couronné nouvelle sensation hiphop en moins de temps qu’il ne faut pour faire un Paris-Canada, refuser de céder à cette tentation invite au respect. Il sait ce qu’il veut, que ce soit en termes de choix pour sa carrière jusqu’à son esthétique. Jazz Cartier obéit à sa propre déontologie.

“Tu as beau avoir tout le talent du monde, si tu n’as pas le courage de tes ambitions, rien ne s’offrira à toi”.

Comme il l’indique dans l’interview cité précédent “tu as beau avoir tout le talent du monde, si tu n’as pas le courage de tes ambitions, rien ne s’offrira à toi”. Et dans le cas de Jazz Cartier, l’artiste compte ces deux grandes qualités. Il suffit d’écouter ses morceaux, tels que son hit “Dead Or Alive” ou encore ses collaborations telles que “Indicted Mind,” et ses mixtapes de génie Marauding in Paradise et Losing Elisabeth, pour comprendre ce qu’il veut dire. Son son est aussi unique qu’il est agréable. Ses disques uniques et définitivement “Jazz Cartier” expriment leurs différences d’une manière discrète. Une qualité unique et rare dans les productions du hiphop.

Après la sortie récente de son dernier projet intitulé Hotel Paranoia, le rappeur est de retour en studio pour travailler sur un projet special qui nous excite tous énormément à la rédaction de Unrated. L’annonce de cette grande nouvelle sera accompagnée d’une série photo exclusive et d’une interview de Jazz, et sera faite dans très peu de temps, restez donc connectés sur Unrated pour plus d’infos sur Jazz Cartier to come.

Powered by WPeMatico

Share →
Show Buttons
Hide Buttons